Note des utilisateurs: / 8
MauvaisTrès bien 


 

 

 

Tout d’abord, est-ce que vous pouvez vous présenter? Qu’est-ce que vous peignez ?
Azot: Moi c'est Azot des NPK et LMG et plus si affinité... Je suis originaire de Saint-Céré dans le nord du Lot, j'habite à Toulouse depuis quelques temps mais j'espère plus pour longtemps car je commence à avoir la bougeotte. 
Dans mon graffiti je fais essentiellement des lettres ou du moins des formes qui y ressemblent. Je veux faire vivre ma peinture sans trop calculer le reste. Difficile de me placer dans une seule case, j'essaie d'être un peu partout, sauf pour les persos, je laisse faire ça à ceux qui le font bien.    

Sismik: Moi je suis Sismik des NPK et LMG, je viens d'une petite ville dans le lot mais je suis sur Toulouse depuis 6 ans.
Je fais lettrage en majorité, et persos de temps en temps quand je bug sur mes lettres. Mon style est assez simple, tout se base sur la lettre, sans trop de phases wild.
Je fais aussi beaucoup de photos depuis plusieurs années, il faut dire que ça sert à Azot qui n'est pas au top niveau dans tout ce qui est nouvelle technologie (ordi, photos, minitel, mini pelle, gazinière et magasinière..).
La photo me pousse parfois à faire des typos dans certains lieux pour essayer de retranscrire ce que je ressens dans le spot.


 

Comment et pourquoi vous avez commencé le graffiti ?
A: C'était à la fin de 2007 avec mon pote Wroe, un jour de noël, on a passé une journée entière pour faire un graff de la taille d'un pins, 2 lights et des dédicaces au pochoir. J'avais déjà un peu les pieds dedans mais pour moi c'est vraiment ce jour où je me suis considéré comme un bout de « graffiteur ». Il y a eu aussi bien avant un petit or et chrome dans des toilettes publiques : c'était un Creez signé XP98, il y a 12 ans avec un autre poto.
Et aujourd'hui si je peins c'est essentiellement pour serrer des meufs et boire des shwepps gratuit pendant les jams !!

S: J'ai commencé le graffiti en 2007, Azot avait un graff d'ancienneté et je suis venu faire des photos, j'ai testé et me voilà !



Quels sont les graffeurs qui vous ont le plus marqué dans vos débuts ? Et maintenant ?

A: Au tout début, je prenais surtout des claques par ce qui m'entourait notamment dans la street mais aussi dans les terrains... Je vais citer quelques crews mais certainement en oublier... 
KMK, LFE, TER, TG, CDS, SK, TN, APF, VR6, mais aussi babe lenz sike, aujourd'hui c'est eux qui me kiffe (rire) Fever Tank Fish Ocre pOsh.. Azek Toncé Reso Nes..
Au niveau national je regardais mais sans trop me soucier de ce qui se passait. Je vais juste citer katre et le akv crew.
Aujourd'hui je kiffe le taff de Rizot, Horfée, Zomeka, (quand elle se motive :rire: ) Babe : mais que les vendredi et samedi soir de gastro..
Aussi 1984, Onoff, Kanos et astro.. Sambr Outside. J'ai pris une sacrée gifle par un gars dont on m'a récemment parlé qui s'appelle Ramon Martins, mais je t'avoue qu'en général j'essaie de regarder le moins possible ce qui se fait pour continuer à juste kiffer.

S: Au début je kiffais tout, et je décortiquais toutes les pièces que je voyais pour trouver les techniques. 
Jaime particulièrement la 2D, parce qu'on voit plus le travail de la lettre. au départ j'ai maté à fond les graffs de ma ville et très peu de mag,
donc c'est Toulouse qui m'a influencé au départ, je me souviens avoir bloqué sur AZEK (LEC), FISH... mais aussi CANTWO, DAIM,  pendant un moment.
Maintenant j'ai un style plus lâché, mes influences passent par SMASH 137, CHAS (love letterz), BERST (GBAK), les MSK...puis tous les délires qui sortent de l'ordinaire : j'aime voir des truc nouveaux pour me forcer à réfléchir encore plus.
Spéciale dédicace à JAKI 128, l'inventeur de l'art différentiel encore peu reconnu.
Mais le plus d'influence que j'ai reste avec les discussions entre potes, Azot, Babe, Jakijo

 

 

Que pensez vous des “nouveaux graffeurs” qui commence le graffiti ?
A: je peux rien dire sur ça je fais partie de cette nouvelle génération.. Je peins avec des gars qui parfois ont 20 ans de graffiti dans les pattes alors même si j'ai vidé pas mal de bombonnes j'ai encore l'impression d'être puceau du graff.

S: je me considère comme la nouvelle génération du graffiti donc j'ai pas trop d'avis sur la question mis à part qu'il faut arrêter avec la définition du graffiti, chacun kiffe à sa façon, pour moi il n'y a pas une façon! chacun fait sa vie et si certain veulent dire que je ne fais pas du graffiti, pas de souci, je n'en fais pas :), je peins a la bombe.

Quand vous faites un graff, vous voulez passer un message particulier ?
A: Peu de messages particuliers à faire passer à part "allez tous vous faire ******* (censuré par la rédaction).. et ça fait du bien de le dire" (rire) Je retranscris juste ce qui se passe dans ma tête et plus ça va, plus c'est le bazar (rires)

S: Mis a part pour les typos dans des spots, mes pièces sont le reflet de ce que je ressens, des mouvements que j'aime faire, des couleurs que j'aime au moment de la prod, c'est tout.

Tu peux nous parler du projet de A à Zot ? :

Tout a commencé fin 2010 quand on a trouvé un abattoir abandonné où on est allé passé un weekend à peindre.Le lieu était nu; enfin pas un tag et j'ai commencé par faire quelques lettres sans trop réfléchir.
Comme d'hab, galérien de la photo que je suis, sismik a fait les tofs de mes prods, on a kiffé le rendu, donc on s'est lancé à faire tout l'alphabet de a à z ou même de a à zot en passant par s. Pour pas oublier que sismik peind aussi, je lui ai proposé de faire sa lettre, le S.
Dans ce projet, on a voulu réaliser toutes les lettres sur murs vierges, dans des spots désaffectés (notre kiffe absolu). Le but est que la lettre fasse
vivre la photo, et que la photo mette en valeur la lettre.Tout est fait en instantané, pas de sketchs, pas de préparation, juste l'instant présent.
J'ai jamais trop aimé faire des lettres compliquées, mais juste les cuisiner à ma sauce, sans porc ni fromage pour ne choquer personne.
Pour le futur, on aimerait bien refaire quelques lettres qui ne nous plaisent pas trop, et pourquoi pas réaliser une expo photo, ou diffuser sur d'autres supports... (à bon entendeur)

 

As tu un projet ou une idée futur ? ou en cours ?
A: Bien sur, toujours des projets plus ou moins concrets, il y a ceux auxquels on pense mais qui ne verront jamais le jour et les autres... Les autres peuvent faire mal ou passer inaperçus, seul le futur nous le dira.. Mais concrètement je veux continuer à prendre du plaisir avec mes potes, voyager, faire des rencontres.
En parlant de rencontre, depuis peu je taff beaucoup avec Zomeka, graffeuse originaire de la banlieue parisienne, on s'est vite rendu compte qu'on peignait quasi pareil et que la fusion des deux pouvait nous permettre de faire deux fois plus de pièces ou deux fois plus grosses.. Bref, sans lâcher les potos je pense faire un petit bout de chemin avec elle.
ZomekAzot pourrait arriver plus vite que prévu dans vos rétines... (rire)



Tu pratiques une autre activité des cultures urbaines hormis le graffiti ?
A: On a commencé dans le même groupe de rap (i2s) avec une petite équipe dont TiWaan est aujourd'hui beatmaker de gros mc sur Toulouse. Sismik a lâché pour tester la danse, le beatbox, même la boxe et finir dans le graff.. 
Aujourd'hui j'essaie de garder un pied dans cette discipline et même si je suis pas dans le game, j'aurais toujours  un orteil qui traine là dedans.. Big up tiwaan open mic konic et keys...

S: Hormis le graffiti, j'entasse pas mal de photos qui me plaisent bien, sur lesquelles je me suis bien pris la tête, donc on verra par la suite ce que ca donne.
j'ai aussi été top chef 2007.

 

Un mot pour la fin ?
Tout d'abord un gros big up à ceux qui se rongent les ongles, à nos oncles, nos ongles incarnées, ceux qui ne passent ni sur les ondes ni dans les magazines, même si on va pas tarder à envoyer quelques graffs (rire), à notre famille et nos potes.. au pressing et tous nos fans en string.. 
Nos associés de Bordeaux : le gros Gamer et le petit Bros, Les Frères Coulures : Odeg, Gaspar et Rooble, la clique des peintures fraiches, 3GC, Twofan, Simon... A nos crews et ceux qui gravitent autour Sk cds.. Pour Ashel, Babe, Sike, Script, Zomeka, Lenz, Tras, Wroe, Meltin, Postishgang WUNAPASH.. Tiwaan 65ERS Choc Sem Extaz.. Les potos de Reims, South painters, kmk, jerc, jakijo, cérémoneurs et tous ceux qu'on oublient.  Tous les gens qu'on a croisés, et quand même une spéciale pour nala et badoffle :)

Aux anciens de chez nous. Dia... Les vrais savent!! (rire)
Avant de vivre du graff il ne faut peut être pas avoir peur d'en mourir..

Merci à Capsule urbaine. Peace

 

 

 

    Liens :

    http://www.flickr.com/photos/zomekazot/

    http://sismikdesign.com/

    http://www.flickr.com/photos/azotnpk/5162471868/

     

    PROPOS RECUEILLIS PAR VALENTIN

VOUS QUI L'ATTENDIEZ, LE VOICI, LE VOILA!

Le documentaire réalisé lors du concert du 15 avril organisé dans le cadre de Break in the City à Pessac est enfin prêt !

Après quelques semaines de travail et de montage, voici le résultat !

Pour visionner la vidéo, cliquer sur la photo..

 


DU BEATBOX ENCORE DU BEATBOX!!!

Capsule Urbaine a rencontré Beasty durant Break in the city. Un documentaire vidéo est en cours de production mais en attendant, nous vous proposons de retrouver cette vidéo promotionnelle du champion de France de beatbox ! et oui !!!

 

CAPSULE URBAINE SUR LA WEB RADIO DE PESSAC ANIMATION

Les voici les voilà !

Retrouvez les interviews réalisées par l'équipe de Capsule Urbaine sur la webradio de Pessac Animation.

Pour le moment, voici les interviews des Sales Gosses et de Frédéric Arnaud.

Qui sont-ils? pour ceux qui se posent la question et pour ceux qui veulent en savoir plus...: cliquez sur leurs noms!!!

 

Et prochainement, retrouvez l'interview du crew Style Hunter, vainqueur des qualifications du samedi 16 avril à Bellegrave !

HIP HOP VS PLAGE !

Pour la finale du battle Master Challenge, les filles de la rédaction ont résisté à l'appel de la plage, au soleil, aux vagues et au monoï pour votre plus grand plaisir...

Voici donc quelques photos de cette finale qui a vu la victoire

Plus d'articles...